Ello, l’«anti-Facebook» lève 5.5 millions de dollars

Ello, le réseau social dont la promesse est de proposer une plate-forme sans publicité et de ne pas vendre les données des utilisateurs – en opposition à Facebook ou Twitter – vient de lever 5,5 millions de dollars auprès de Foundry Group, Bullet Time Ventures (Techstars) et FreshTracks Capital.

Pour respecter ses engagements, la société fondée par Paul Budnitz a annoncé qu’elle s’était placée dans l’Etat du Delaware sous le statut de « Public Benefit Corp », une « entreprise d’intérêt public » permettant d’établir certaines conditions avec les actionnaires, même si l’entreprise est revendue. La start-up souhaite éviter que les actionnaires ne la contraignent à vendre des publicités ou vendre des données, conformément à son positionnement.

La morsure de Suarez au Mondial a généré 2 millions de tweets

suarez-bite-giorgio-chiellini-10

Le nouvel éclat de l’Uruguayen Luis Suarez, qui a mordu un adversaire lors de la victoire de son pays contre l’Italie (1-0), a généré deux millions de tweets, a indiqué  le réseau social à l’AFP. Un geste qui a aussi fait réagir les marques, comme McDonald’s Uruguay, qui a invité le joueur à venir croquer un bout de Big Mac, ou encore Sneakers qui s’est vanté sur Twitter d’être «plus savoureux qu’un Italien». Dans le même temps, le match sans enjeu entre Angleterre et Costa Rica (0-0) a généré 1,47 million de tweets pendant sa diffusion.

1,8 million de tweets pendant Roland-Garros

Ce sont 1,8 million de tweets en français qui ont été postés pendant les deux semaines du tournoi de Roland-Garros, d’après une infographie réalisée par We Are Tennis de BNP Paribas. Les Français ont été les plus encouragés sur le réseau social, Gaël Monfils en tête. Le joueur, qui a atteint les quarts de finale, a recueilli près de 140 000 tweets d’encouragement et gagné 14 000 followers. A titre de comparaison, le match retour de foot France/Ukraine avait suscité près d’un million de tweets pendant les 90 minutes de la rencontr

Twitter scelle un accord à 230 millions de dollars

Omnicom s’allie avec Twitter. Le groupe de communication américain a annoncé la conclusion d’une transaction avec le réseau social, rapporte The Wall Street Journal. D’une durée de 2 ans et d’une valeur de 230 millions de dollars, le partenariat sera limité à la publicité sur mobile. L’accord prévoit notamment l’intégration de l’unité d’achats d’Omnicom, Accuen, avec MoPub, plateforme d’échange de publicité mobile, que Twitter a racheté pour 350 millions de dollars en septembre 2013. Il permettra aux agences d’Omnicom d’avoir accès à des inventaires et à des tarifs publicitaires verrouillés. La holding ainsi créée pourra aussi profiter d’un regard privilégié sur les nouvelles unités publicitaires et les opportunités développées par le réseau social, explique The Wall Street Journal. L’accord prévoit en effet aussi un volet « recherche », a précisé Omnicom.

Avec mute, twitter permet desormais de masquer des tweets d’internautes

Twitter va permettre à ses utilisateurs de cacher sur leur fil d’actualités les tweets de personnes qui les intéressent moins, tout en restant abonnés à elles, a annoncé le réseau social sur son blog. Cette nouvelle fonction, baptisée «Mute» (silencieux), sera accessible dans les prochaines semaines à tous les utilisateurs de Twitter via Iphone, sur les applications Android et sur le site du réseau. Twitter précise que la personne placée sous «Mute» continuera en revanche de voir les tweets de l’utilisateur qui l’aura cachée et pourra toujours retweeter, favoriser ou répondre aux tweets de ce dernier.

Répondre sur Twitter pour acheter sur Amazon

Le distributeur en ligne américain Amazon inaugure une nouvelle fonctionnalité en collaboration avec Twitter, déployée en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Après avoir lié leurs comptes Twitter et Amazon, les utilisateurs n’ont plus qu’à répondre par les hashtags #AmazonBasket (en Grande-Bretagne) ou #AmazonCart (aux Etats-Unis) aux tweets contenant un lien vers Amazon. Le produit concerné par le tweet est alors automatiquement ajouté à leur panier et ils n’ont plus qu’à le payer via Amazon. Une innovation en phase avec les attentes de plus en plus précises des «socionautes» envers les marques qu’ils suivent.

GOOGLE POURRAIT ABANDONNER GOOGLE+

google-plus-fun-01_zps44f21487

Depuis son lancement en 2011, Google+ déchaîne les passions. D’un côté, les aficionados du service, qui vantent ses mérites à longueur de journée. Et de l’autre, ses détracteurs, qui comparent régulièrement Google+ à une ville fantôme sans intérêt. Comme toujours, la vérité est souvent plus nuancée. C’est indéniable, Google Plus possède de vrais avantages sur ses concurrents, comme l’intégration de ses fonctionnalités au sein des autres services Google. La gestion des photos surpasse la plupart des concurrents. Mais dans le même temps, on ne peut pas dire que Google+ recueille le succès escompté. Si certaines communautés ciblées sont très actives, le service peine à convaincre massivement le grand public. Et hier soir, Google+ a peut-être perdu son plus grand défendeur.

Vic Gundotra, « le père de Google+ », vient d’annoncer qu’il quittait Google après 8 ans de bons et loyaux services. En soi, ce n’est pas forcément un drame, à condition qu’il soit remplacé par une personne ayant les mêmes idées et la même force de persuasion. En fait, à condition qu’il soit remplacé, tout court. Car il semblerait que Larry Page ait d’autres projets. Selon des sources concordantes, citées par Ars Technica et Techcrunch, le départ de Vic Gundotra serait plutôt une éviction, due aux échecs de la surcouche sociale de Google. De nombreux mouvements vont ainsi avoir lieu au sein des équipes dédiées (entre 1 000 et 1 200 personnes). La team dédiée aux Hangouts va rejoindre les équipes Android. Les salariés qui travaillent sur les photos vont également rejoindre les équipes Android. Les autres salariés ne sont pas encore fixés sur leur sort. La fermeture pure et simple de Google+ n’est pas directement envisagée (vu l’implémentation des services entre eux, ça paraît compliqué). Mais les ressources dédiées aux services vont être coupées. À termes, Google+ pourrait devenir le nouveau Feedburner, ou le nouveau Google Agenda. Le service resterait en ligne en l’état, sans bénéficier de support ou d’évolutions notables.

Larry Page déciderait ainsi de se concentrer sur le mobile, comme Mark Zuckerberg. Lorsqu’un internaute créé un compte Google, il est obligé fortement incité à s’inscrire sur Google+. Cette « incitation » serait supprimée très prochainement. Visiblement, l’intégration des fonctionnalités Google+ au sein des autres services Google a créé de nombreuses tensions en interne (notamment avec les équipes Gmail et YouTube, qui ont subi des évolutions décriées par leurs utilisateurs), d’où ce changement de cap décidé par Larry Page.

Via [Blog du Modérateur]