Ello, l’«anti-Facebook» lève 5.5 millions de dollars

Ello, le réseau social dont la promesse est de proposer une plate-forme sans publicité et de ne pas vendre les données des utilisateurs – en opposition à Facebook ou Twitter – vient de lever 5,5 millions de dollars auprès de Foundry Group, Bullet Time Ventures (Techstars) et FreshTracks Capital.

Pour respecter ses engagements, la société fondée par Paul Budnitz a annoncé qu’elle s’était placée dans l’Etat du Delaware sous le statut de « Public Benefit Corp », une « entreprise d’intérêt public » permettant d’établir certaines conditions avec les actionnaires, même si l’entreprise est revendue. La start-up souhaite éviter que les actionnaires ne la contraignent à vendre des publicités ou vendre des données, conformément à son positionnement.

Publicités

Facebook dévoile « par accident » Slingshot, une application concurrente de Snapchat

7a4bf9ba2bd774068ad50351fb898076-facebook-inc-nasdaq-fb-news-analysis-slingshot-facebooks-answer-to-snapchat-without-the-hefty-price-tag

Oups. Quelqu’un a, semble-t-il, appuyé sur un mauvais bouton. Facebook a lancé lundi 9 juin, puis retiré dans la foulée, une nouvelle application nommée Slingshot, rapporte Mashable (en anglais). Le site décrit le programme comme un concurrent de Snapchat, cette application qui permet d’échanger des messages qui s’autodétruisent après un court laps de temps.

« Plus tôt dans la journée, nous avons accidentellement publié une version de Slingshot, une nouvelle application sur laquelle nous travaillons, a expliqué une porte-parole de l’entreprise au site. Avec Slingshot, vous pourrez partager des moments de tous les jours avec plein de gens à la fois. Elle sera prête bientôt. » 

L’application pour smartphones a été brièvement disponible au téléchargement dans certains pays. Suffisamment longtemps en tout cas pour que les sites spécialisés aient un aperçu de ses fonctionnalités.

Avec Slingshot, les utilisateurs pourront prendre une photo ou enregistrer une vidéo, puis dessiner ou écrire sur les images avant de les partager avec des amis, décrit Mashable. Mais les destinataires ne pourront pas voir le message avant d’envoyer quelque chose en retour.

Facebook achète la start-up Pryte

Pryte s’est dit sur son site internet «ravi d’annoncer que nos équipes vont rejoindre Facebook». Une porte-parole de ce dernier a confirmé l’acquisition à l’AFP. Les modalités financières de la transaction ne sont pas divulguées. Pryte, basée à Helsinki, a conçu un système dématérialisé en ligne permettant d’acheter en un clic, depuis une application mobile, la quantité de données nécessaires pour utiliser cette dernière.

Cette approche à la demande permet aux utilisateurs d’avoir «le contrôle total sur les coûts» de connexions et d’éviter les chocs à la réception de factures faramineuses, explique Pryte sur son site internet. Elle relève que les applications mobiles, une manière de plus en plus populaire d’accéder à internet, représentent 80% du temps passé sur un smartphone. Facebook indique que cette acquisition entre dans le cadre de ses efforts pour étendre l’accès à internet aux parties de la planète qui en sont encore dépourvues, au sein de l’initiative internet.org.

Facebook veut-il rivaliser avec les sites de rencontre?

Facebook-Relationship-Inline

Vous aimez fliquer vos « amis » Facebook, « Ask » est fait pour vous. Facebook permet désormais à ses membres américains de questionner sur leur état amoureux les autres personnes présentes sur le réseau social. Parce que tout le monde n’indique pas s’il est « en couple », « célibataire » ou si « c’est compliqué », Facebook permet désormais de le demander. Tout simplement.

Ce nouveau bouton est aussi l’occasion pour le géant d’Internet de récolter plus d’informations sur ses membres, selon Mashable. De façon détournée, Facebook grappillerait de nouvelles données, que jusqu’ici un internaute ne voulait pas donner. L’objectif est toujours le même pour Time: en savoir le maximum sur les membres pour vendre des publicités ciblées. « Ask » marquerait irait donc à l’encontre des données privées et des informations personnelles des internautes.

Le bouton « Ask » est apparu en début d’année 2014 sur les profils des membres américains, selon Readwrite. Il permettait à l’origine de demander à un « amis » des informations non-renseignées comme l’adresse, le numéro de téléphone, le email, la ville natale ou le lieu de travail.

Pour l’heure, les informations partagées par « Ask » restent privées mais Facebook changeant régulièrement les paramètres de confidentialité. Rien ne garantit que votre réponse ne devienne un jour publique

Facebook lance une appli largement inspirée de Shazam

Facebook a annoncé mercredi 21 mai le lancement prochain aux Etats-Unis d’une fonction pour identifier et partager plus rapidement encore une chanson, un programme télévisé ou un film.

Cette fonction optionnelle, qui s’inspire largement de Shazam, une application qui permet d’identifier une chanson à partir d’un extrait, sera utilisable dès la prochaine mise à jour de l’application Facebook disponible sur les téléphones et tablettes Apple ou opérant sous Android.

L’option sera disponible depuis l’écran de mise à jour du statut, explique Aryeh Selekman, le responsable de cette fonction chez Facebook.

« Si vous choisissez d’activer cette fonction, explique un responsable chezFacebook, vous aurez le choix d’utiliser le micro de votre téléphone pour identifier telle chanson que vous êtes en train d’écouter ou telle émission ou film que vous êtes en train de regarder ».

L’extrait musical ou télévisé sera alors automatiquement partagé via le statut de l’utilisateur sans que ce dernier ait besoin d’en écrire le nom.

Concernant la musique, un extrait de 30 secondes du morceau sera automatiquement partagé. Pour les films et les séries, c’est le numéro de la saison et de l’épisode qui apparaîtront sur le statut, de manière à éviter les spoilers, a-t-il précisé.

(Via Challenges)

La publicité vidéo fait son apparition dans la version française de Facebook

Les spots de pub arrivent sur Facebook. Testés en fin d’année dernière aux États-Unis, avant un lancement de grande ampleur au mois de mars, ce nouveau format publicitaire est déployé progressivement à partir de mercredi en France. Quelques annonceurs triés sur le volet pourront faire apparaître leur publicité vidéo dans le fil d’actualité des utilisateurs de Facebook.

La publicité, d’une durée maximale de 15 secondes, sera lancée automatiquement dès que l’utilisateur fera défiler son flux d’actualité. Pour ne pas pas être trop intrusive, la vidéo sera lue sans le son. Si l’internaute souhaite écouter la publicité, il lui suffira de cliquer dessus. Les annonceurs pourront ajouter deux autres vidéos, présentées sous forme de carrousel, pour compléter leur message. Ces dernières ne se lanceront que si l’internaute clique dessus, et pourront durer jusqu’à 20 minutes.

Facebook développerait son propre Snapchat

Quand Facebook n’arrive pas à racheter une start-up, la compagnie de Mark Zuckerberg s’en inspire avec son propre produit, mais généralement cela ne marche pas. Ce fut le cas pour Poke, Facebook Camera ou Facebook Places.

Alors peut-être qu’il en sera de même pour Slingshot. Car avant même d’être lancée, cette appli ressemble à une tentative de se venger d’un rachat raté. En effet, Slingshot, qui devrait sortir dans quelques jours, est un clone de Snapchat. Selon le Financial Times, Mark Zuckerberg aurait lui même supervisé le projet de cette appli qui permet d’envoyer des photos et vidéos éphémères à ses contatcts Facebook.

Slingshot serait une appli autonome, comme Paper ou Messenger, et viserait donc à séduire les jeunes, qui ne jurent que par Snapchat, pour communiquer entre eux.

Facebook avait bien tenté de racheter Snapchat, mais même avec une offre de 3 milliards, Snapchat avait refusé les dollars de Facebook. Quand on sait que Yahoo vient de racheter Blink, un concurrent de Snapchat, on se dit que Facebook met sans doute beaucoup d’espoir dans Slingshot, et y a peut-être investi beaucoup d’argent pour réussir son développement et son lancement.

Les jeunes reviendront-il sur Facebook grâce à Slingshot ? Réponse dans quelques avec la sortie de cette appli.

 

Le restaurant The Picture House propose de payer l’addition en photo Instagram

Payer son addition avec Instagram, c’est désormais possible. L’initiative vient d’un restaurant éphémère judicieusement nommé The Picture House(La Maison Photo) à Londres.

Ce restaurant a ouvert pour marquer le lancement d’une nouvelle gamme de repas de la marque Birds Eye. Deux plats seront servis à chaque dîner. Si le consommateur met une photo de sa nourriture sur Instagram, Twitter ou Facebook suivie du hashtag #BirdsEyeInspiration, l’addition lui sera tout simplement gratuite. Déjà plus de 400 photos sont accompagnées de ce hashtag sur Instagram. L’angouement est similaire sur twitter, puisque près de 400 personnes ont également inscrit ce hashtag dans les deux derniers jours.

Tumblr en perte de vitesse

Internet est tout sauf une science exacte, et malgré les efforts de Marissa Mayer – PDG de Yahoo! – pour relever ce géant d’internet les chiffres du trafic généré par le site sont de plus en plus décevants. D’après une information parue dans le très sérieux « Wall Street Journal », l’affluence sur le site internet s’est énormément tassée. Passant de 49 millions de visiteurs en décembre à 42 millions de visiteurs pour le mois de mars 2014. A l’heure où on parle, il ne subsiste aucune raison pour expliquer un tel fléchissement de l’affluence, et cela ne récompense pas les efforts de Yahoo! pour faire évoluer Tumblr conformément à sa promesse de ne pas le laisser couler progressivement. Cette baisse de trafic n’aide surtout pas Yahoo! qui tente de monétiser tant bien que mal la plateforme. Affaire à suivre donc.

Facebook veut reconnaître tout le monde sur les photos avec #Deepface

 

Facebook, via un nouvel algorithme de reconnaissance faciale baptisé Deepface, devrait bientôt être en mesure de « taguer » automatiquement toutes les photos postées sur le réseau social. Le logiciel permet un taux de reconnaissance impressionnant de 97,25% – à peine moins que ce dont est capable un être humain (97,53%). Les conclusions de ces recherches, assez spectaculaires (voire inquiétantes) seront officiellement présentées à la fin du mois de juin. Pour l’heure, Facebook n’a pas dit s’il intégrerait Deepface au réseau social.

Si Deepface est intégré sur Facebook, il deviendra impossible de cacher par exemple les photos compromettantes que vous amis ont pris de vous. Si si, celle ou vous étiez déguisés en lapin, une bouteille de rouge à la main – et que vous ne tenez SURTOUT pas à ce que votre actuel ou futur employeur ne voie. Plus sérieusement, l’association entre votre visage, votre nom, et votre emplacement géographique permettrait de savoir énormément de choses sur vous et vos habitudes – de quoi proposer davantage de publicité ciblée, mais aussi pister plus facilement les utilisateurs du réseau social.